Pourquoi le marché immobilier italien connaît-il une évolution positive ?

Publié le : 09 juin 20216 mins de lecture

Les analystes de l’industrie étaient optimistes pour 2020 et informaient qu’une tendance positive s’est amorcée, dans laquelle le coût des briques et des transactions immobilières a augmenté. Rien de tel que ces données pour bien clarifier la situation : par rapport à 2019, qui a connu une timide augmentation de 0,2 %, l’avenir semble maintenant tourner au rose avec des prix qui augmenteront de 1,1 % au cours des deux prochaines années. Mais essayons de comprendre les raisons de cette reprise, même dans un moment de stagnation économique qui ne favorise, certainement, pas l’achat de biens immobiliers. Au cours de cet article, vous allez concentrer sur l’analyse de quelques aspects.

Un secteur en reprise : c’est pourquoi

Il est bien connu que les Italiens ont toujours eu une grande confiance dans la brique et, par conséquent, même en période d’incertitude politique et économique, cela affecte le nombre de transactions. À la propension à investir dans la brique, il faut ajouter les taux des prêts hypothécaires qui ont atteint des valeurs minimales, impensables auparavant. Si l’argent coûte moins cher, les gens sont plus intéressés par l’investissement dans les maisons, malgré le fait que les établissements de crédit ont resserré les critères selon lesquels les prêts hypothécaires sont accordés et malgré la situation économique du pays, le système n’est pas florissant.

Dans l’ensemble, cependant, la confiance des investisseurs dans le marché résidentiel revenaient pour 2020, que la maison soit achetée pour y vivre ou pour faire des bénéfices. Nomisma a présenté un chiffre respectable concernant les transactions qui ont eu lieu en 2019 : un total de 662 000 échanges, dont 92% concernaient le secteur résidentiel. La brique conserve, donc, sa fonction rassurante et les investisseurs la préfèrent aux actions et aux biens d’abri plus traditionnels tels que l’or. Surtout, ils le choisissent comme alternative aux investissements bancaires dont on sait qu’ils sont peu rentables. Dans de nombreuses réalités, les prix d’achat ont augmenté et les baux ont, également, connu une hausse assez importante, en particulier dans les zones universitaires et les plus desservies. L’augmentation des loyers est un autre facteur qui a incité de nombreuses personnes à contracter un prêt hypothécaire pour acheter une maison, car le montant du versement s’est avéré compétitif par rapport au loyer. Il faut, toutefois, rappeler que la stagnation des achats et des ventes durait depuis des années et que cela favorisait ceux qui décidaient d’investir, créant ainsi les conditions d’une évolution positive du marché immobilier.

Un pays à des vitesses différentes ?

La situation n’est évidemment pas la même dans toute l’Italie. En particulier, le pourcentage de ventes en cours d’année sera plus important dans certaines grandes villes (Milan en tête), dans les villes touristiques telles que Rome, Venise, Naples, Florence et Vérone (principalement par des investisseurs étrangers) et dans les quartiers en cours de réaménagement dans les villes qui ont un tissu économique vivant. En ce qui concerne la valeur des biens, elle augmentera davantage si nous parlons de biens de valeur, de maisons rénovées et de nouveaux bâtiments. Mais quelles sont les villes où la tendance positive est la plus perceptible ? À Milan sont recherchés, surtout, les appartements de deux pièces (45,1 transactions) qui répondent aux demandes de ceux qui viennent dans la capitale économique pour travailler ou étudier. Tecnocasa affirme que les 27,4 qu’il achète sont à des fins d’investissement et que les prix des appartements de deux pièces atteignent 300 000 euros dans les zones centrales : dans la capitale de Milan, la croissance est de 9%. Turin moins cher où l’on dépense 200 000 euros pour un appartement de trois pièces et 300 000 si l’on cherche un appartement de quatre pièces. A l’ombre de la Taupe, les signes de croissance sont de près de 2 points de pourcentage. La situation est, également, bonne à Bologne, où l’augmentation de la reprise est proche de 9%. Palerme a, également, enregistré une augmentation des ventes de 2%. L’analyse du marché immobilier, en ce qui concerne l’avenir, doit tenir compte de certaines distinctions qui concernent trois macro-zones.

Pour Milan et Rome, la demande de logements continuera d’augmenter, tout comme les prix. Ce sont les villes les plus chères (avec Florence et Venise) où l’achat d’une maison est, souvent, un luxe. Dans les grandes capitales où le nombre d’habitants est d’environ 300 000, les particularités locales feront la différence, tant en termes de prix que de volume des transactions. En ce qui concerne les provinces, en revanche, on s’attend à ce que la valeur diminue en général, sauf dans les zones touristiques prestigieuses comme la côte amalfitaine ou la campagne toscane et ombrienne. Le problème est que, dans notre pays, pour avoir une plus grande croissance des ventes et des achats, il est nécessaire de revaloriser les propriétés les plus anciennes, en fait, seulement 9% ont moins de 30 ans.

Stabilité et pouvoir d’achat accru : facteurs déterminants pour une plus grande reprise

La situation peut, encore, s’améliorer, mais les épargnants ne peuvent devenir des investisseurs que s’ils ont une stabilité de travail et un pouvoir d’achat plus important. En outre, l’accès au crédit doit, également, être plus facile, en particulier pour les jeunes. Aujourd’hui, malgré les difficultés dues à la stagnation économique, la tendance positive est, également, confirmée par la réduction du temps de vente. Le fait qu’un bien immobilier reste moins longtemps sur le marché signifie que l’offre diminue, alors que la demande augmente.

Toutefois, cela ne concerne pas toutes les propriétés, mais celles qui ont des normes de qualité élevées. Le groupe Tecnocasa affirme qu’environ 600/610 000 transactions sont attendues en 2020 et que les prix augmenteront entre 1 et 3 %. Des augmentations sont attendues dans les stations touristiques, mais celles-ci devront être équipées de services pour répondre aux besoins des personnes concernées. Il existe peu de propositions de vente de maisons de maître et de nouveaux bâtiments qui augmenteront leur valeur s’ils répondent à des critères de qualité.

Plan du site